La chirurgie pour traiter le cancer

Le recours à la chirurgie a toujours été efficace pour traiter le cancer. Les méthodes de chirurgie ont en effet, connu des progrès depuis ces dernières années, de fait du développement de la technologie, des techniques d’imagerie médicale et autres, qui permettent d’intervenir avec moins de séquelles, mais aussi, moins d’ablations et moins d’incisions. Le principe de l’intervention chirurgicale sur les cas de cancer est simple, enlever les cellules atteintes et éviter qu’elles ne se propagent.

Les techniques chirurgicales appliquées

Après étude des médecins et spécialistes (chirurgiens, oncologues et radiothérapeutes), un traitement est adopté pour chaque cas des patients. C’est la première étape avant l’intervention chirurgicale sur un patient cancéreux. La chirurgie reste le traitement initial de ce type de maladie, mais pour d’autres cas, la chimiothérapie, la radiothérapie sont de mises afin de diminuer l’étendu des cellules cancéreuses avant ce type d’intervention. Par ailleurs, la chirurgie robotique est la dernière née de cette pratique. Cette technique de chirurgie fonctionne comme suit. En premier lieu, une machine munie de 4 bras articulés, commandée par un chirurgien pilote, est placée juste à quelques mètres de la table d’opération. La console du robot est composée de joysticks et de pédales que le médecin actionne selon l’opération voulue. La machine n’est pas tout à fait un « robot », c’est-à-dire qu’elle opère via programmation, mais un appareil dont le chirurgien contrôle. Il reste le maître des tâches à faire et commande toutes les séries de gestes. Ce sera aussi à lui de commander les caméras et les différents instruments utiles à l’acte chirurgical. Toute l’opération est projetée sur un écran haute résolution, tandis que les joysticks aident à une opération de grande précision.

Avantages de la chirurgie par Robot-assisté

En 2000, la chirurgie conventionnelle a connu un revirement, des robots ont pris place sur la table d’opération, et le résultat était plutôt satisfaisant. Utilisé dans l’ablation des prostates, il a continué sa voie dans les opérations diverses de gynécologie, et a présenté de nombreux succès dans les opérations de greffe du foie ou du rein, en passant par des interventions du cancer du larynx ou de la langue. La chirurgie robot-assistée offre de grands avantages tels que la diminution des complications, et les séquelles liées à l’intervention sont réduites. On a aussi remarqué que les traces inesthétiques en post-chirurgie sont devenues moins visibles. Largement utilisée aux Etats-Unis, cette technique offre plus de réussite sans séquelles et donc, assurent un moindre taux au récidives locorégionales chez les patients. Une grande facilité de traitement est désormais appréciable sur les cas de chirurgies difficiles, à travers cette technique. Les bras articulés peuvent en effet, atteindre des zones difficiles d’accès où la chirurgie par cœlioscopie peine à réaliser les interventions sur le foie le rectum ou le pancréas.

Montants des opérations

Plusieurs milliers de robots ont étés vendus dans le monde par la firme Américaine Intuitive Surgery, dont plusieurs en France. Cette société détient à elle seule toute la part de marché et le monopolise. Différents modèles sont présentés par la marque qui sont plus avancées les uns que les autres. En 2007, l’institut Paoli-Calmettes était le premier institut à avoir acquis le robot chirurgical télé opératoire. Le coût de la machine comptait environ dans les 2,3 millions d’euros et la maintenance dans les 400 000 euros. Le coût des interventions est donc nettement plus cher que celui des opérations conventionnelles, mais les chirurgiens nous rassurent que le coût des anciennes et longues hospitalisations est compensé par le court séjour et les moindres séquelles engendrés par ce type d’intervention.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>