Comprendre la grossesse nerveuse

Mesdames, vous avez déjà ressenti cette sensation bizarre comme si vous étiez enceinte ? Vous n’êtes pas à l’aise ; vos règles n’arrivent pas ; et vous avez même des nausées matinales ? Mais voilà, vous n’avez pas eu de relation qui pourrait entrainer de grossesse ou alors le test de grossesse se révèle être négatif ? C’est ce que l’on entend par une grossesse nerveuse.

Quelles en sont les causes ?

Selon les experts, la grossesse nerveuse est surtout due à des problèmes psychologiques. Ce peut être une très forte envie d’enfant ou au contraire une peur ultime de devenir mère. Ce peut aussi être le fruit d’un blocage ou d’un traumatisme ancien ayant une relation avec l’attention d’un événement heureux de ce genre. Il y a également des grossesses nerveuses qui sont dues au stress. Et ce sont généralement, les femmes mûres qui en sont victimes. En moyenne, les femmes dans la trentaine ont au moins vécu une grossesse nerveuse. Pour certaines, c’est un phénomène fréquent. Et ceci n’exclut pas que quelques cas de trouble de ce genre puissent être diagnostiqués chez les jeunes. Pour peu que l’on soit entré dans une vie sexuelle active, il y a toujours une chance de vivre ce genre de trouble psychosomatique.
Votre cerveau envoie des sérotonines et des signaux à votre corps qui vous font ressentir tous les symptômes classiques de la grossesse. Mais rien n’y est : vous ne serez pas enceinte pour autant.

Un phénomène qui touche de nombreuses femmes

Selon les statistiques, sur 22 000 femmes en 2017, 1 à 6 femmes auraient déjà vécu une grossesse nerveuse. Elles sont persuadées d’attendre un enfant et peuvent même prendre du poids. Mais un test de grossesse viendra mettre fin à leur illusion.
Généralement, les tests négatifs peuvent mettre fin aux symptômes. Car, après l’annonce du résultat, vous serez face à la réalité. Et tous les symptômes envoyés par le cerveau s’arrêteront. Mais dans certains cas, c’est loin d’être suffisants. Le traumatisme est trop profondément ancré en soi qu’il faut un suivi psychologique et une thérapie de longue haleine pour y mettre un terme.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>