La Cœlioscopie: une technique chirurgicale récente

Souvent, le chirurgien peut décider de recourir à une cœlioscopie plutôt qu’à la laparotomie pour de nombreuses raisons. Si la laparotomie est une chirurgie invasive, la cœlioscopie est mini-invasive.

Qu’est-ce que la cœlioscopie ?

Il s’agit d’une technique chirurgicale qui permet d’intervenir sur les organes situés au niveau de l’abdomen. La chirurgie est réalisée avec une petite caméra que l’on appelle cœlioscope et différents équipements de chirurgie adaptés à cet effet. Le chirurgien réalise de petites incisions et introduit la caméra qui guide toute l’opération. Pour obtenir une meilleure vision, il introduit du gaz carbonique sans la cavité abdominale qui permet de dégager les organes se trouvant en périphérie. Puis, il utilise des trocarts de 5 à 12 mm de diamètre dans différentes zones de l’abdomen. Ceux-ci sont retirés à la fin de l’opération. A noter que le patient est soumis à une anesthésie générale pendant l’intervention même s’il s’agit d’une chirurgie mini-invasive. On distingue deux grands types de cœlioscopie : cœlioscopie opératoire ou cœlioscopie diagnostique.

Dans quel cas elle est pratiquée ?

Cette technique chirurgicale peut être pratiquée dans différents domaines notamment la chirurgie viscérale, la chirurgie gynécologique ou urologique.
Il y a des cas où la cœlioscopie est contre-indiquée mais ils sont rares. Voici quelques exemples :
• Quand l’anesthésie générale ne peut être réalisée pour de diverses raisons notamment l’insuffisance cardiaque et l’insuffisance respiratoire du patient.
• Quand le patient est encore trop jeune.
On lui reconnait plusieurs avantages : douleur post opératoire plus réduite, réduction des risques de développer des adhérences post opératoires, réduction des risques d’infection, cicatrice taille plus réduite, hospitalisation de durée plus courte, etc.
Mais cette technique présente aussi des inconvénients : plus de risque d’hémorragie durant l’opération ou après, perforation de l’intestin ou d’autres organes, brûlure des organes se trouvant en périphérie, risque certaines embolies : gazeuse, pulmonaire, etc.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>