Quel traitement pour l’hyperphagie ?

L’hyperphagie boulimique est un trouble alimentaire qui se caractérise par une surconsommation de nourriture. Il s’agit davantage d’un réflexe acquis qu’un besoin réel impliquant le métabolisme de la personne. Le fait de manger plus que de raison entraîne différents problèmes de santé, dont le diabète de type 2 ou l’hypercholestérolémie. Le traitement de cette fringale aggravée suit quelques étapes.

Diagnostiquer les causes sous-jacentes de l’hyperphagie

La première chose à faire en cas d’hyperphagie est de chercher à savoir l’élément déclencheur. Dans la plupart des cas, un choc émotionnel entraîne un tout nouveau rapport avec la nourriture. De nombreuses personnes ont tendance à se réfugier dans les aliments lorsqu’elles sont déprimées. L’anxiété fait faire des choses inhabituelles. Parfois, le problème vient d’un trouble du comportement. En d’autres termes, manger peut être compulsif. Certains changements de régime sont provoqués par la consommation de substances psychotropes. Les drogues donnent un appétit de lion. Le tabac ouvre aussi l’estomac. Si ces causes sont diagnostiquées, le mieux serait de demander de l’aide à son entourage. C’est seulement après cette première approche qu’il faudra consulter en vue d’un soutien psychologique ou bien une prise en charge psychiatrique. L’aide d’un nutritionniste ou d’un coach de bien-être pourrait servir. Comme le précise http://hyperphagie.info, les médicaments devraient être envisagés en dernière option.

Recourir à l’hypnose ou le programme neurolinguistique

Pour ceux qui savent pertinemment qu’ils mangent plus qu’il n’en faut, la PNL pourrait aider. La programmation neurolinguistique revient à traiter le problème à la source. En effet, les spécialistes estiment que le souci vient d’une cause psychique. Le soin en question se fait auprès d’un hypnothérapeute. Ce praticien est à bien dissocier d’un psychologue. Il ne plonge pas le client dans un état inconscient. Bien au contraire, il faut de la lucidité d’esprit lors des rendez-vous PNL. La séance vise à cerner le choc qui a déclenché le changement de comportement envers la nourriture. Le spécialiste cherche ensuite à retrouver au fond du patient la force nécessaire qui lui permettra de surmonter ses déboires. Il l’aide à passer outre ce déclic pour réintégrer des habitudes saines. La reprogrammation veille également à éviter toute rechute. En effet, une personne qui se réfugie dans la suralimentation peut connaître des épisodes d’hyperphagie.

Engager une prise en charge médicale contre la pathologie

Différents médicaments aident à vaincre l’hyperphagie. Pour obtenir ces médicaments, il faut une prescription médicale. Par ailleurs, ces produits pharmaceutiques sont remboursés par la sécurité sociale sous certaines conditions. Quoi qu’il en soit, les soignants préconisent une prise en charge précoce de cette pathologie. C’est le seul moyen d’éviter les complications qui sont souvent lourdes de conséquences. Si le patient présente un surpoids ou un autre signe d’aggravation, il faut généralement un bilan de santé approfondi. Une vérification des dents et éventuellement des soins deviennent indispensables dans de nombreux cas. Les personnes qui prennent des contraceptifs oraux sont souvent priées de reconsidérer leur choix pour voir d’autres options. Actuellement, quelques rares médicaments sont prescrits précisément pour traiter l’hyperphagie boulimique. Le dimésylate de lisdexamfétamine est couramment cité en exemple.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>