Ondes électromagnétiques : faut-il les craindre ?

Nos téléphones portables, nos casques sans-fil, ainsi que tous nos objets connectés envoient des ondes électromagnétiques. Elles nous traversent sous forme d’énergies invisibles. C’est surtout cette invisibilité qui suscite des inquiétudes chez de nombreuses personnes durant ces dernières années, favorisant le commerce des dispositifs anti ondes, à l’instar des bonnets pour bébé et des bandeaux de grossesse. Mais faut-il réellement avoir peur des ondes électromagnétiques ? Les réponses dans cet article.

Les ondes électromagnétiques : néfastes pour la santé ?

Il faut l’admettre, certaines ondes sont dangereuses pour la santé. Plus la fréquence de l’onde augmente, plus le risque ne l’est pas également. De ce fait, il sera beaucoup plus facile pour l’organisme de l’absorber. Les rayons gamma des substances radioactives et les rayons X font partie des ondes les plus dangereuses pour l’organisme. Les rayons ultraviolets sont source de cancer et peut déformer l’ADN des cellules. Les rayons infrarouges ont également très nocives pour la santé. Pour minimiser les risques, réduire la fréquence paraît être une bonne solution. Les téléphones portables ou les boîtiers internet sans fil émettent des radiofréquences, mais leur niveau de radiation n’est pas perceptible par les tissus organiques. Ces petites fréquences peuvent pourtant déstabiliser l’eau se trouvant contenue dans les cellules et augmentent la température dans la zone exposée.

Des normes démesurées

Ce sont surtout les effets thermiques des radiofréquences qui définissent les normes d’utilisation de tous les objets connectés qui occupent notre quotidien. Ainsi, la manipulation de chaque objet est définie par un seuil bien déterminé limitant la quantité d’ondes auxquelles l’organisme est exposé. Ce seuil est défini par le débit d’absorption spécifique ou DAS. Les normes d’utilisation nous préservent surtout des effets néfastes des ondes électromagnétiques émises par tous les objets connectés se trouvant autour de nous. C’est la raison pour laquelle, les tissus biologiques ne chauffent pas au contact des ondes émises par les téléphones, parce que celles-ci sont assez faibles pour l’organisme. Cependant, pour les travailleurs ses normes peuvent être dépassées. Ceux qui travaillent sur les antennes relais sont souvent à risque, car ils peuvent même mourir calcinés s’ils interviennent alors que l’antenne a été réactivée.

Les ondes radio ont-elles des conséquences sur la santé ?

Les études concernant les impacts des radiofréquences ont commencé vers les années 1990 aux États-Unis à l’occasion de l’arrivée des téléphones mobiles sur le marché. Cependant, l’homme a déjà été exposé aux ondes bien avant que ces objets n’apparaissent sur le marché à cause des antennes-relais de télévision et de radiodiffusion. Les scientifiques affirment cependant qu’un faible niveau d’exposition n’a pas d’impact sur la santé. L’exposition à court terme révèle un résultat négatif, mais ce n’est pas toujours le cas quand il s’agit d’une exposition à long terme. Quelques anomalies sanitaires peuvent être décelées pour les ondes de haut niveau de fréquence. Ce n’est cependant pas le cas s’il s’agit d’un contact permanent avec un téléphone portable. En tout cas, aucune étude n’a pu prouver que cet appareil pourrait être responsable d’une tumeur au cerveau ou d’un cancer.

Aucune catastrophe sanitaire révélée jusqu’à maintenant

Les chercheurs affirment jusqu’à maintenant que les ondes de faibles intensités n’ont pas d’effet néfaste sur la santé. Le dispositif anti-ondes s’avère donc assez inutile selon les scientifiques qui ont réalisé d’études biologiques sur le sujet. Les seuls cas décelés étaient chez les personnes dotées d’une hypersensibilité électromagnétique. Cependant, ces personnes représentent une faible minorité, ne permettant pas de lancer un signal d’alerte.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>